Trans//Border

TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan Du 12 au 18 mars

Théoricienne des médias, pionnière du cyberféminisme, réalisatrice et navigatrice, Nathalie Magnan (1956-2016) était aussi une enseignante généreuse, à l’esprit indiscipliné : elle transmettait aux jeunes artistes que l’art peut être une pratique de la liberté. Marseillaise et Méditerranéenne, de naissance et de cœur, elle tissait constamment des liens entre les États-Unis, la France et l’Europe. Au-delà de l’hommage, TRANS//BORDER interroge l’actualité de son œuvre à travers les travaux et recherches de nombreux artistes, chercheur.e.s, (h)acktivistes et étudiant.e.s qui continuent à labourer les territoires qu’elle explorait.

Du 12 au 18 mars, ils se retrouvent au Mucem. À travers tables rondes, projections, performances, installation et ateliers, TRANS//BORDER questionne les limites, déplace les frontières : entre arts, sciences, technologies et écologie, mais aussi en mer Méditerranée, dans l’espace cybernétique, entre les sexes, entre les espèces, entre les vivants et les morts… Autant de domaines de recherche mal connus du grand public, et pourtant essentiels à la compréhension du monde qui vient. Le dernier « acte » de Nathalie Magnan a été d’appeler l’attention sur celles et ceux qui, chaque jour, tentent de traverser la Méditerranée au péril de leur vie. Pour répondre à ce vœu, nous vous proposons de soutenir l’association civile de sauvetage en mer SOS MEDITERRANEE :  http://bit.ly/2hpvb9Z

Ateliers
 Tables rondes et projection
 Exposition
 Rencontre et cinéma

« TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan », est une production Kareron, en partenariat avec le Mucem, Bandits-Mages, De la mule au web, une coproduction ZINC – Arts et cultures numériques et Reso-nance Numérique, dans le cadre du projet Risk Change, cofinancé par le programme Europe Créative de l’Union Européenne. Autres partenariats : Bibliothèque nationale de France, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, Opera mundi, Galerie nationale du Jeu de Paume, ESAAIX, ENSA Bourges, ERG Bruxelles, ENSA Paris-Cergy, ENSBA Lyon, ESADMM Marseille, ESA Lorraine, Villa Arson Nice, EESI Poitiers-Angoulême, HEAR Strasbourg, ESAD Toulon Provence Méditerranée, ESÄ Tourcoing-Dunkerque, Université Rennes 2, L’École(s) du Sud.

Les 12, 13, 14 et 15 mars, de 18h à 21h – i2mp – Entrée gratuite dans la mesure des places disponibles sur inscription (deux séances minimum) à i2mp@mucem.org

Ateliers

Introduction à la pensée de Donna Haraway

Avec Helen Torres (chercheuse en sciences sociales, éducatrice)

Nathalie Magnan a introduit en France la pensée de la philosophe américaine Donna Haraway. Une pensée complexe, qu’il s’agit d’approcher de plus près à travers cette série d’ateliers consacrés au décryptage du Manifeste Chtulucen. Ouverts à tous les publics curieux de mieux comprendre l’écriture et les concepts défendus par cette pionnière du cyberféminisme, ils constituent par ailleurs une introduction pertinente aux rencontres « Very symbiotic ! Pour des savoirs situés », proposées au Mucem le dimanche 18 mars.

Les 14 et 15 mars à partir de 11h – Hors les murs à ZINC (Friche la Belle de mai) – Entrée gratuite dans la mesure des places disponibles sur inscription à transborder@zinclafriche.org

Frontières et technologies / Zelig

Avec Paula Pin (artiste performeuse), Rayna Stamboliyska aka Malicia Rogue (consultante et chercheuse indépendante), Femke Snelting (artiste et designer), Natacha Roussel et Agnez Bewer (Samedies), Louise Drulhe (artiste), Valentin Lacambre (pionnier de l’internet, co-fondateur de gandi.net), Philippe Rivière (webmestre et journaliste), Peggy Pierrot (webmestre, chercheuse et journaliste), l’association Reso-nance numérique

Deux ateliers, en lien avec les thématiques de TRANS//BORDER, « Frontières et technologies » et « Zelig », proposés à ZINC (Friche la Belle de Mai), pour expérimenter, réfléchir, produire collectivement une pensée, un objet, une performance… Comment débusquer et contrer sexisme et racisme dans la technologie ? Comment s’approprier les technologies médicales d’investigation ? Comment alimenter téléphone, GPS ou appareil photo à partir d’une batterie de voiture ? Quelles alternatives féministes aux outils de quantification personnelle ?

Du 16 au 18 mars de 11h à 21h – Forum du J4 – Entrée libre

Exposition

Les (cyber)mondes de Nathalie Magnan

Une déambulation dans l’espace et le cyberespace à la découverte de différents travaux de Nathalie Magnan (films, photos, conférences, textes) et de celles et ceux dont la démarche rejoint la sienne : cartes et vidéos de l’antiAtlas des frontières sélectionnées par Isabelle Arvers, sites web de Louise Drulhe, exposition de l’Espace virtuel du Jeu de Paume proposée par Maria Ptqk (À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades), et aussi travaux d’étudiant.e.s des écoles d’art et université partenaires.

Vendredi 16 mars, de 11h à 13h – Auditorium – Entrée libre

Tables rondes et projection

Archives privées contemporaines : quel traitement ? quel devenir ?

Les archives de Nathalie Magnan témoignent de la richesse et de la diversité de ses travaux (films, photos, textes, sites internet) ainsi que de l’originalité de ses sources (une bibliothèque et une vidéothèque de référence). Leur dépôt à la Bibliothèque nationale de France est en ce moment à l’étude. L’occasion d’ouvrir le débat sur le traitement des archives privées contemporaines, à travers projection et rencontres.

11h

Projection

Nathalie Magnan, théoricienne des médias

De Christophe Écoffet, Cyril Thomas, Gilles Beaujard (France, 2012, 12 min)

Entretien avec Nathalie Magnan, réalisé dans le cadre d’une carte blanche à la revue Monstre au MacVal. Organisé en quatre brèves séquences, ce film constitue une très efficace introduction à la pensée et à l’œuvre agissante de Nathalie Magnan.

Table ronde

Les frontières du genre

Avec Emilie Blanc, Adam Evrard, Valentin Gleyze et Adelin.e Leménager (doctorant.e.s, unité de recherche Histoire et critique des arts – Université Rennes 2), Elvan Zabunyan (professeure et historienne de l’art contemporain – Université Rennes 2)

Les doctorant.e.s de l’université de Rennes 2 évoquent leur travail sur les archives de Nathalie Magnan, et notamment son rôle majeur pour la diffusion en France des pensées féministes et queer nord-américaines, à partir des articles qu’elle écrivit pour la revue Gai Pied en 1992.

Table ronde

Le traitement des archives

Avec Ewen Chardronnet (artiste), Denis Bruckmann (directeur des collections à la BnF – sous réserve), Catherine Gonnard (documentaliste à l’Ina), Isabelle Carlier (Bandits-Mages), Pascal Neveux (directeur du Frac PACA – sous réserve), Catherine Lord (artiste, écrivaine),

Après une présentation des archives de Nathalie Magnan en data-visualisation, cette table-ronde aborde, sur un plan plus général, les questions liées à la collecte, à la conservation et à la valorisation. Des questions que chacun.e peut être amené.e à se poser un jour.

Vendredi 16 mars de 15h à 18h30 – Auditorium – Entrée libre

Tables rondes

Frontières et technologies en mer Méditerranée

Conception, animation : Isabelle Arvers (commissaire d’expositions)

Frontière et mur symbolique, mais aussi mer médiatique, la Méditerranée est aujourd’hui le lieu tragique de la crise migratoire. Quel est le droit applicable en mer et aux migrants ? Quelle confrontation possible entre les technologies de contrôle du trafic maritime par les États, les technologies open source et DIY des collectifs d’artistes et activistes, et celles utilisées par les migrants pour communiquer durant leur traversée ? 

15h

Les technologies de contrôle et le droit en mer

Avec Charles Heller (Watch the Med), Malin Björk (eurodéputée), Violaine Carrère (Gisti), SOS MEDITERRANEE

Il apparaît que l’Union européenne considère de plus en plus ses frontières externes (et internes) selon un paradigme de sécurité : des frontières comme des barrières, qu’il faut « protéger ». Les instruments visant à contrôler et, dans de nombreux cas, à fermer les frontières s’élaborent : clôtures physiques, données biométriques, technologies militaires… Qui dit le droit en mer ? et comment est-il appliqué ?

17h

Les technologies alternatives et open source

Avec Nicola Triscott (Arts Catalyst), Pablo DeSoto (architecte et chercheur), Tim Boykett et Tina Auer (Time’s up Research)

Les espaces maritimes et fluviaux, naguère lieux d’échange, de commerce et de communication, se transforment en barrières et clôtures. Artistes, chercheur.e.s et activistes analysent ces politiques sécuritaires et expérimentent des alternatives (technologiques, cartographiques, etc.) de manière à réactiver la circulation des personnes et des connaissances.

Pablo DeSoto et Nathalie Magnan s’étaient rencontrés en 2005 dans le détroit de Gibraltar, territoire-miroir de ces transformations : l’un organisait « Fadaiat », événement liant les deux rives de la Méditerranée, l’autre y contribuait avec « Sailing for Geeks », associant navigation à la voile et navigation sur la toile, dont Nicola Triscott était co-équipière.

Vendredi 16 mars à  20h30  – Auditorium – Entrée libre

Rencontre et cinéma

Soirée écosexe

Artistes et partenaires dans la vie,  Annie Sprinkle et Beth Stephens contribuent au développement du mouvement écosexe à travers l’art, la théorie, la pratique et l’activisme. Elles œuvrent à rendre le mouvement environnemental un peu plus sexy, amusant et diversifié. Depuis 2005 elles « performent »  leur mariage avec la Terre : de grandes cérémonies invitant chacun.e à s’unir à la terre, au ciel, à la mer, au charbon, au soleil, à la neige, etc. Une démarche et une pensée originales, illustrées ce soir par la projection de Good bye Gauley Mountain.

Rencontre

Une introduction à l’écosexualité

Avec Paul Preciado (philosophe – sous réserve), Eric Noulette (association Emmetrop), Isabelle Carlier (association Bandits-Mages)

Et si nous changions notre relation à la Terre, non plus considérée comme notre « mère » mais comme notre amoureuse, voire notre amante ? L’écosexualité est une nouvelle approche d’éco-art et d’activisme environnemental, contribuant à une réflexion globale sur les crises écologiques mondiales. Trois personnalités du monde de l’art, diversement impliquées dans ce mouvement témoignent de leurs recherches et de leurs actions.

Cinéma

Good bye Gauley Mountain

De Beth Stephens (Etats-Unis, 2014,1h10) VostFr

Avec force, humour et imagination artistique, Beth Stephens et Annie Sprinkle, deux écosexuelles amoureuses, s’engagent pour sauver les montagnes de la Virginie de l’Ouest, menacées par l’exploitation de mines de charbon. Ce film raconte leur amour, leur activisme, leur lutte, avec, pour point culminant, leur mariage avec les Appalaches.

Avec l’aimable autorisation d’Annie Sprinkle et Beth Stephens

Samedi 17 mars de 11h à 19h – Auditorium – Entrée libre

Tables rondes, projections et performance

Zelig RTM – (H)acktivismes : l’information veut toujours être libre

Conception, coordination : Peggy Pierrot (chercheuse indépendante), Philippe Rivière (journaliste)

Quelle articulation entre les paroles et pratiques féministes/LGBT et les questions technologiques (internet, logiciels, outils techniques) ? Depuis l‘élection américaine de 2016, internet peut être perçu comme une arme de « désinformation massive ». L’opposition binaire des années 1990-2000 entre « mass médias » et « médias alternatifs » est aujourd’hui à réévaluer. À l’heure des réseaux sociaux omniscients et des « téléphones espions » (smart-phones), une analyse critique d’internet s’avère indispensable.

Le titre de cette séquence fait référence au héros du film de Woody Allen Zelig (1983), personnage mutant qui apparaît toujours là où on ne l’attend pas. Le nom « Zelig » a été utilisé, avec des variations diverses (zeligConf, no-zelig, zelig.rc2), au début des années 2000 pour désigner plusieurs rencontres organisées à Paris autour des usages activistes de l’internet. Nathalie Magnan y avait organisé des ateliers non mixtes, exclusivement ouverts « à toute personne se déclarant  femme le temps de l’atelier ».  

11h

Projection

Internautes

De Nathalie Magnan (1995, 13 min)

Réflexion sur le réseau internet, son histoire, ses utilisations et ses conséquences politiques. Un montage efficace d’interviews et d’images d’archives, réalisé en 1995 pour La Nuit Cyber de Canal+.

Table ronde

Communautés de médias tactiques actives aujourd’hui

Avec Aris Papatheodorou (Réseau Samizdat), Philippe Rivière (visionscarto), Marie Lechner (Gaîté lyrique), Geert Lovinck (théoricien des médias)

Face à un réseau internet de plus en plus centralisé et surveillé, des artistes et des « hacktivistes » multiplient les projets invitant à s’extraire du cloud et à réactiver l’idée originelle d’un réseau de pairs, en développant leurs propres outils de contournement et leurs propres mini-réseaux locaux.

15h

Performance

Chelsea

Par Anne Laforet (artiste)

Chelsea est une performance pour, et à propos de Chelsea Manning, combinant approche documentaire et personnelle. Une performance symbolique traitant de questions liées au genre, aux bases de données, à la
répression des lanceurs d’alerte et des hackers…

Table ronde

Libertés et surveillance à l’ère du numérique

Avec Seda Gürses (chercheuse, membre du collectif d’artistes Constant), Nicolas Malevé (artiste, développeur), Jean-Marc Manach (journaliste d’investigation), Rayna Stamboliyska (consultante et chercheuse indépendante)

Comment les récents développements dans la pratique de l’ingénierie logicielle peuvent-ils nous obliger à changer nos conceptions de la surveillance ? S’agit-il, pour les fabricants de logiciels, de mieux connaître les utilisateurs ou bien de capturer et « marchandiser » leurs grammaires d’action ? Les machines seraient-elles plus habiles que les humains pour détecter notre orientation sexuelle par l’utilisation des technologies de reconnaissance faciale ? Le monde dans lequel nous vivons est-il orwellien ou kafaïen ? Les points de vue peuvent diverger. Ils seront argumentés. Ces questions nous concernent.

17h

Projection-Navigation web

Atlas critique d’Internet

Par Louise Drulhe (artiste)

Louise Drulhe présente son travail de recherche plastique et théorique à travers son Atlas critique d’Internet : l’objectif est d’utiliser l’analyse spatiale comme clé de compréhension des enjeux sociaux, politiques et économiques présents sur internet.

Table ronde

L’Internet critique, entre (des)illusions et spéculations

Avec Patrice Riemens (géographe), Jacques Servin (The Yes men), Spider Alex (Gender and Technology Institut), Valentin Lacambre (pionnier de l’internet, co-fondateur de gandi.net, altern.org)

La critique d’internet et des TIC « patriarcales et capitalistes » n’est pas seulement le fait de mini-communautés de spécialistes. Au-delà même de la critique, le panorama actuel des cyberféminismes post-coloniaux montre comment s’imaginent de nouvelles façons d’habiter le cyberespace et comment se développent des mouvements qu’il est intéressant d’observer… et de rejoindre.

Samedi 17 mars, de 21h à minuit – Hall du J4 – Entrée libre

Soirée VJing

Une soirée consacrée à l’art du VJing, pratique hybride et transdisciplinaire, mêlant création et manipulation de l’image en temps réel, en synchronisation avec le son. Par ses choix artistiques et esthétiques à contre-courant, ce type de performance visuelle propose une alternative aux discours dominants, même dans l’espace festif. Une responsabilité partagée face aux images.

21h

Projection

Lesborama

De Nathalie Magnan (1995, 30 min)

Existe-t-il une culture lesbienne ? C’est la question qu’explore ce film mixant, dans un montage brillant, des images de toutes époques (1912-1995) issues du cinéma d’auteur ou grand public, et des interviews de lesbiennes célèbres (ou pas) originaires du monde entier. Un film diffusé en 1995 dans le cadre de la première Nuit Gay de Canal+. Présentation par Alain Burosse producteur du film et de la Nuit Gay.

VJing Party

Avec les étudiant.e.s de l’école d’art de Metz, A-li-ce (artiste) et Violaine Higelin (artiste)

Lors de cette soirée, A-li-ce, Violaine Higelin et les étudiant.e.s de l’école d’art de Metz proposent, chacun.e, un mix dont la matière est constituée des archives visuelles et sonores de Nathalie Magnan sélectionnées au cours d’un atelier animé par Isabelle Carlier (Bandits-Mages).

Dimanche 18 mars, de 11h à 17h – Auditorium 

Table ronde et projections

Very symbiotic ! Pour des savoirs situés

Conception, animation : Chloé Desmoineaux (artiste)

La notion de « savoirs situés » est empruntée au titre d’un article de Donna Haraway. Elle y défend « le privilège de la perspective plurielle ». Dans son dernier essai Staying with the Trouble, la zoologue et philosophe américaine s’appuie sur la nouvelle de science-fiction d’Ursula Le Guin L’auteur des graines d’Acacia, pour penser la sortie de l’anthropocène (époque géologique de l’impact irréversible de l’homme sur son environnement) et l’entrée dans le chthulucène (époque d’une planète appréciée comme un système sympoïétique associant toutes les manifestations du vivant). Difficile, mais possible.

11h

Cinéma

Donna Haraway : Story Telling for Earthly survival

De Fabrizio Terranova (France / Belgique, 2016, 2h01)

Éminente philosophe, primatologue et féministe, Donna Haraway a bousculé les sciences sociales et la philosophie contemporaine. Elle est une incroyable conteuse qui dépeint dans ses livres des univers fabuleux peuplés d’espèces transfuturistes. Nathalie Magnan fut son étudiante et son assistante à l’université de Californie à Santa-Cruz. Elle a introduit sa pensée en France en traduisant le Manifeste Cyborg. Ce film tente de déceler une pensée en mouvement, mêlant récits, images d’archives et fabulation dans la forêt californienne.

Grâce à l’aimable soutien de CBA

15h

Projection

Un homme sur deux est une femme

De Nathalie Magnan (1996, 5 min.)

À travers séquences d’archives et entretiens, ce film traite avec humour de la disparité entre les sexes dans la politique française.

Table ronde

Humains, machines, fleuves, algues et vers marins : vers une nouvelle symbiose ? 

Avec Ewen Chardronnet (artiste), Xavier Bailly (ingénieur de recherches), Emilie Hache (philosophe), Vinciane Despret (philosophe, présente au débat via skype), Jean-Paul Fereira (maire d’Awala-Yalimapo)

Cette table ronde réunit cinq personnalités, cinq points de vue clairement « situés », pour une approche féministe de thématiques écologiques et scientifiques. Il s’agit de penser la symbiose et le brouillage des frontières entre nature et culture, masculin et féminin, humain et animal, organisme et machine, corps et esprit, entre les vivants et les morts, entre réalité et fiction ; de questionner les identités et les modes de reproduction…

Dimanche 18 mars à 19h – Auditorium

Cinéma

Baise-moi

De Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi (France, 2000, 1h15).

En présence de Virginie Despentes (sous réserve).

Adapté du roman éponyme de Virginie Despentes, ce road movie sanglant nous entraîne dans le sillage de Nadine et Manu, décidées à sortir triomphantes d’un viol. Aucune justification, aucune victimisation. Très controversé à sa sortie, menacé d’être classé X, le film est à l’origine du décret du 12 juillet 2001 amendant les règles du comité de censure. Baise-moi est un film d’autrice, violent et libérateur.

Film interdit aux moins de 18 ans

Avec l’aimable soutien de la Pan-Européenne